Archives Mensuelles: septembre 2011

À Lafontaine… Une directrice générale pour la Meute culturelle

Joëlle Roy occupe le poste de directrice générale de la Meute culturelle depuis le 12 septembre dernier. Elle sera donc responsable de poursuivre le travail entrepris par les bénévoles du Festival du Loup et du Musée vivant de Lafontaine.

Martin Lalonde

La Meute culturelle de Lafontaine est heureuse d’annoncer la nomination d’une directrice générale en la personne de Joëlle Roy.

Il y aura un Festival du Loup et le musée vivant de Lafontaine les 13, 14 et 15 juillet, 2012! Le thème du musée et les familles à l’honneur seront déterminés très bientôt.

Joëlle Roy connaît très bien la région et ses habitants. Depuis une quinzaine d’années, Joëlle a travaillé et a organisé de nombreux événements pour les francophones dans la région.

Après avoir obtenu un baccalauréat es art avec concentration en théâtre de l’Université d’Ottawa, elle s’est qualifiée comme enseignante, a suivi une formation en théâtre, a obtenu une maîtrise et un doctorat en études francophones à l’Université de la Louisiane à Lafayette.

Donc Dr Joëlle avec son expérience d’animatrice, de comédienne, de coordonnatrice de programmation, de dramaturge, d’auteure et compositeur de chansons, de musicienne, d’artiste de scène et d’auteure est donc fortement qualifiée pour entreprendre la direction des projets de La Meute culturelle de Lafontaine.

Elle entre en fonction le 12 septembre et le bureau se situera dans les locaux du Goût de vivre au 343, rue Lafontaine Ouest, Lafontaine. Surveillez le site Web pour les changements. Un numéro de téléphone paraîtra bientôt. Donnons-lui tout notre appui.

Grâce à un octroi de La Fondation Trillium de l’Ontario, La meute peut maintenant rémunérer une directrice générale pour les trois prochaines années. Pour cela, nous en sommes très reconnaissants.

Publicités

À Collingwood… On veut une école française!

Les membres du comité pour l’obtention d’une école francophone à Collingwood ont rencontré des représentants du Conseil scolaire de district catholique Centre-sud. Yves Lévesque (Président du CSDCCS), Diane Giroux (Membre du comité), Adrien Lamoureux (Conseiller scolaire), Nicole Bradley (Surintendante du CSDCCS) et Réjean Sirois (Directeur de l’éducation). En avant: Liette Petit, Véronique Hamel, Amy Dorval (membres du comité). Absente de la photo: Ruth Bourachot.

C’est Liette Petit porte-parole du comité de Collingwood qui a souhaité la bienvenue  aux gens présents  à cette rencontre. Elle a par la suite dressé le portrait de la situation et les attentes du groupe de parents qui souhaitent l’ouverture d’une école de langue française à Collingwood le plus tôt possible. Par la suite, les représentants du CSDCCS ont expliqué les différentes étapes qu’ils devront suivre afin de pouvoir leur offrir ce service. De part et d’autre les deux parties s’entendent pour voir à l’établissement d’une école le plus vite possible. Donc logiquement, il serait plus approprié de parler de septembre 2012.

Dans un premier temps il a été suggéré par un membre du comité que les parents complètent un formulaire d’inscription pour leurs enfants auprès du CSDCCS. À partir de là, le Conseil scolaire aurait en mains des données concrètes afin d’inclure l’ouverture d’une école francophone à Collingwood dans leur plan quinquennal qui sera présenté en décembre prochain.

D’ici là, les parents aimeraient rencontrer à nouveau les dirigeants du conseil scolaire en octobre afin de remettre les formulaires d’inscriptions et s’assurer que leur demande puisse suivre son cours normal et ainsi faire partie du plan du CSDCCS.

Plusieurs options ont été présentées afin de voir comment le CSDCCS pourrait offrir leurs services dès septembre 2012. Certains endroits ont été mentionnés et seront explorés au courant de la prochaine année. Il a été aussi question de l’établissement d’une garderie car il y a un besoin. De ce côté, Peter Hominuk et Mélissa Villella de la Clé d’la Baie étaient présents et ont parlé des possibilités de partenariat avec leur organisme.

Ce qui demeure important dans tout ce dossier c’est que le projet doit tout d’abord être entériné par les Conseillers scolaires et par la suite être approuvé par le ministère de l’éducation qui a l’autorité d’accorder le financement pour une nouvelle école.

Il n’en demeure pas moins que tous les éléments sont en place pour voir au bon développement de ce projet qui a reçu un appui très favorable de la part de la communauté de Collingwood et des environs.