Maxime Pronovost

Camille Myles est l’artiste à l’origine de Terre des sables blancs ondulés, sa première sculpture d’art public, dévoilée lors de la dernière édition de Winterama.

Donner à la communauté

Elle nous racontait à propos de l’oeuvre: « je voulais donner à ma communauté. C’est une amie qui m’a envoyé l’appel de proposition par la ville de Penetang, et au début, j’avais pas trop d’idées, mais une nuit, ça m’est venu. J’ai passé une nuit en mai dernier à écrire et dessiner autour du concept Living the dream in Penetanguishene ».

Passé, présent et

environnement

Camille Myles a tenu à souligner le passé et le présent à travers son oeuvre: « C’était important de lier le passé au présent, un miroir nous donne l’heure juste sur ce qui se passe dans le moment présent, ça nous permet de se voir dans le présent et en étant entouré des bâtiments autour, on a accès à tout ce qui a été construit dans le passé, qu’on aime ou pas. Tout peut changer autour de l’oeuvre, mais l’oeuvre reste la même ». La protection de l’environnement fait également partie de son concept en y montrant la plaque où sont montées des quenouilles.

Variétés culturelles

L’artiste nous disait que la ville était « proactive à inclure et impliquer la première nation de la communauté de l’île Beausoleil, dans tout le processus concernant l’oeuvre ». Le texte explicatif du concept de Camille Myles fait partie intégrante de l’oeuvre et inclut les diverses cultures linguistiques de Penetanguishene, par l’utilisation de l’anglais, de l’anishinaabemowin, et du français. De plus, la pagaie rappelle aussi la présence de la culture ojibwe.

Publié le 5 mars 2020, dans Archives. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur .

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :