Archives de Catégorie: Archives

Kitty Hawk, de la restauration bien pensée

Le nouveau resto Kitty Hawk sur la rue Robert de Penetanguishene sert fièrement du délicieux café équitable. Ses pâtisseries fraîches et locales sont tout aussi prisées par la clientèle qui apprécie la nouvelle entreprise. La gestion a été confiée à Matthew Schaap.

Joëlle Roy

Il faut être sûr de son coup pour ouvrir un commerce en temps de pandémie! Le café-resto de la rue Robert ouvrait ses portes le 4 juillet dernier alors que les camps d’été faisaient relâche et que la mode estivale se limitait au port du masque. Ouvrir un restaurant?

Il faut dire que Kitty Hawk est l’initiative des frères propriétaires de trois salons de barbiers (History Barber Shop) dont deux à Midland et un à Barrie. Réinventez-vous qu’ils nous disent. Justin et Michael McIntaggart en ont profité pour lancer leur café à Penetanguishene. On a misé sur la faim des gens pour le retour des sorties aux restaurants.

La gestion de Kitty Hawk a été confiée à Matthew Schaap qui s’investit corps et âme au succès de l’entreprise; lui qui s’est enraciné dans la région qu’il connaît depuis sa tendre enfance. En fait, il est de la cinquième génération de sa famille qui vient passer du temps au chalet.

On comprend déjà mieux ce désir d’être bien ancré dans la communauté. Ainsi le nom du café emprunté au bateau d’un des frères Wright qui, lui aussi, profitait de la beauté de la Huronie. Sur le menu, se trouve un monument culinaire. Il y aurait eu, il y a deux, trois décennies un «hoagie» qui régalait le nord de Simcoe. Ce dernier, revisité, fait toujours fureur en 2020.

L’orgueil du Kitty Hawk tourne autour de la qualité du café et du fait que leurs pourvoyeurs sont tous nécessairement adeptes des méthodes dites équitables. Ce café, en plus d’être succulent, a été cueilli et préparé par des gens bien traités qui gagnent des salaires raisonnables.

Les pâtisseries proviennent d’artisans locaux ainsi que plusieurs ingrédients qui composent le menu. Pour ajouter à l’ambiance du café, des merveilleux arrangements floraux sont exposés et en vente. Il s’agit d’une sous-traitance avec le commerce Whiskey Plank de Midland qui se charge d’entretenir ces petites beautés. Il y a aussi des souvenirs et des produits de santé tout aussi artisanal.

Le gélato a-t-il sa place à Penetanguishene? Oh que oui! Depuis le 4 juillet, ce produit a fait baisser notre mercure de quelques degrés tellement on en a consommé. En plus, la mignonne petite terrasse permet de savourer la glace sous un rayon de soleil.

Kitty Hawk donne l’impression d’être bien lancé et déjà une clientèle régulière laisse croire que le café traversera les défis du temps. Ses clins d’œil historiques plaisent aux moins jeunes et ses principes environnementaux font modernes. Une cuisine à la recette gagnante… et succulente!

Pagayer pour la cause!

C’est le 27 août dernier à la plage de Balm Beach qu’une version modifiée de l’événement «Paddle 4 The Cure» s’est déroulée grâce à Lise Dupuis, responsable pour «Paddle 4 The Cure» à Barrie, Ariel Amaral, responsable en chef pour «Paddle 4 The Cure» à Barrie et son bébé Akela ainsi que Ali Stevens, propriétaire de «SUP705 Stand Up Paddle», responsable de cette version virtuelle.

3 September, 2020 13:58

À chaque année l’événement, organisé par Ariel Amaral, «Paddle 4 The Cure» a lieu à Barrie cependant à cause de la pandémie, la seule façon de le faire était une version virtuelle. Ainsi Ali Stevens a invité les personnes qui font de la planche à pagaie à se présenter le 27 août dernier pour une version virtuelle à Balm Beach et offrir ainsi une activité de prélèvement de fonds pour le cancer du sein. Ali Stevens de «SUP705 Stand Up Paddle» donne des cours gratuits à tous les jeudis soirs à Balm Beach.

Glenn Howard et Marco Mancini unissent leurs efforts!

Glenn Howard hôte du tournoi de golf annuel du club de Midland et Marco Mancini propriétaire de la compagnie Urbacon de Toronto ont uni leurs efforts pour présenter une édition du tournoi revisitée qui regroupait 56 golfeurs le 28 août dernier. Cet événement avait pour objectif de prélever 110 000$pour l’hôpital général de la Baie Georgienne. De son côté, Urbacon s’est engagé à verser 500 000$ sur une période de 10 ans, M. Mancini en était à son 3e versement de 50 000$.

Le Paysagiste en spectacle intime!

C’est le 29 août dernier que Loni Kondal a accompagné le Paysagiste, Dayv Poulin lors d’un spectacle intime version «garage». La soirée s’est déroulée chez Jean-Luc Gauvin et Annique Maheu de Lafontaine avec une dizaine de spectateurs, tout en respectant la distanciation.

Marche historique: partie 2

Ce bâtiment a été érigé par nul autre que A.A. Thompson en 1840. Il dessert la communauté commercialement depuis 180 ans. À l’origine, Thompson s’en servait comme quartier général pour l’échange de pelleterie dont les acheteurs venaient d’aussi loin que l’Australie, New York, Londres et Berlin. Quand l’argent se faisait rare, au milieu du 19e siècle, le Bloc vert était un des rares commerces où les gens pouvaient monnayer leurs produits.

André Laurin: Un virtuose du monde des affaires

On aperçoit André Laurin de Lafontaine président fondateur de l’entreprise OTSFF, au volant de son 4×4 lors d’une course hors route.

Josée VanderByl

La «Une» du 3 septembre 1998 avait été consacrée à André Laurin qui se préparait à participer au Mondial de l’entrepreunariat jeunesse qui se déroulait à Ottawa la semaine suivante. Bref il était question du grand succès que sa compagnie d’import/export connaissait depuis quelques années déjà.

André Laurin originaire de Lafontaine avait partagé candidement sa recette d’entrepreneur à succès en révélant que bien souvent ses contrats étaient négociés sur un terrain de golf ou même en faisant du patin à roues alignées en Californie. Déjà à cette époque il partageait son amour pour la course automobile où il y avait rencontré plusieurs clients. Son entreprise fondée en 1994 portait le nom de OTS et offrait principalement le transport de marchandises par voies maritime et terrestre.

Où en est-il maintenant?

Après toutes ses années il est intéressant de voir que la compagnie d’André Laurin se porte très bien! C’est sous le nom de OTSFF qu’elle continue à offrir des services de transport un peu partout sur le globe. En jetant un coup d’oeil sur le site web de la compagnie on constate à quel point la compagnie offre des services diversifiés. Le transport, le marketing d’événements sportifs, la logistique, la gestion d’inventaire et la réalisation de projets spéciaux.

Le siège social est situé à Brampton près de Toronto ce qui n’empêche pas André d’être encore très présent à Lafontaine. André Laurin et son épouse Monique s’occupent de la compagnie tout en prenant soin de leur ferme située sur la terre familiale.

Lorsqu’André a décidé de s’établir sur la terre de son grand-père Théophile Dorion, il a dû démolir la maison ancestrale, étant donné son état, afin d’en construire une nouvelle. Le travail sur la ferme est certes un passe temps des plus agréables pour André et sa famille. Ils font l’élevage de vaches pour la viande et le lait. Il est bien intéressant de voir un homme d’affaires qui affectionne autant le travail de la ferme.

Malgré tout le travail entourant sa compagnie OTSFF (Ocean Transportation services Freight Forwarding Inc), et le travail sur la ferme, André continue à profiter pleinement des plaisirs de la vie. Il est un adepte des sports à sensation forte! Comme sa compagnie offre un service de marketing dans l’organisation d’événements sportifs, il comprend bien ce milieu. Sa compagnie possède une équipe de motocross et de motoneiges qui participent à des courses. André pratique également la course automobile hors route. Il est bien évident que la vitesse lui plaît alors on comprendra que l’évolution de sa compagnie qui s’est effectuée à la vitesse grand V répond bien à son style d’homme d’affaires.

Il est bien épaulé par son épouse Monique et également par sa fille Renée qui contribue au sein de l’entreprise. OTSFF a une équipe composée principalement de femmes. La philosophie de la compagnie est basée sur la collaboration et le travail d’équipe afin d’assurer le bon fonctionnement et la réussite de la compagnie.

Cette compagnie qui a débuté principalement avec des clients situés en Amérique du nord et en Europe a connu une augmentation marquée grâce à la technologie qui ne cesse d’évoluer et qui permet de répondre davantage aux demandes grandissantes et à l’ajout de nouveaux clients dans la région du pacifique. La liste des pays qu’il dessert ne cesse d’augmenter! Comme le vieil adage le dit si bien…on récolte ce que l’on sème.

Bill McNamara et le Skipper de son enfance

Bill McNamara se fait conservateur d’un passé flottant sur les eaux de la Baie du Tonnerre. Avocat qui travaille sur des dossiers à travers le pays, la baie Georgienne demeure le lieu privilégié où les souvenirs nautiques seront restaurés aussi souvent qu’il le faudra.