Archives de Catégorie: Archives

Marcus Mattinson: Un passionné de la politique

Brooklyn et son conjoint Marcus Mattinson au bord du lac Couchiching à Orillia.

Odette Bussière

Bien que l’on voit d’une élection à l’autre les taux de participation lors du vote baisser constamment Marcus Mattinson nous arrive comme un vent de fraîcheur. Malgré son jeune âge il est déjà très passionné par la politique et compte plusieurs années d’implication dans le domaine. Ce franco-ontarien natif d’Orillia a fait ses études élémentaires à l’école catholique Samuel-de-Champlain où sa mère Lorraine Bergeron était l’une des premières enseignantes. Marcus a complété ses études secondaires à l’école secondaire catholique Nouvelle-Alliance de Barrie. Il a choisi de poursuivre ses études universitaires à Ottawa en administration publique et en sciences politiques. Durant ses études universitaires il a occupé un poste de stagiaire au bureau de la colline parlementaire de Bruce Stanton.

C’est durant ses études secondaires que Marcus a commencé à s’intéresser au monde politique. Il s’est impliqué comme bénévole lors de la réélection de Bruce Stanton il y a dix ans afin de faire du porte en porte et des appels téléphoniques pour encourager les gens à aller voter.

Il est particulièrement fier d’avoir oeuvré auprès d’un politicien comme Bruce Stanton qui a servi les citoyens de Simcoe-Nord pendant 15 ans en leur offrant des services de qualité à ses bureaux de Midland et Orillia. Marcus reconnaît que M. Stanton a toujours eu un profond respect pour la langue et la culture françaises. D’ailleurs M. Stanton a priorisé l’apprentissage du français c’est pourquoi il peut maintenant s’adresser dans les deux langues officielles en tant que vice-président de la Chambre des communes.

Marcus a beaucoup d’estime pour M. Stanton et c’est pour cette raison qu’il aimerait lui succéder pour continuer le travail amorcé tout en exerçant un style de leadership similaire. Pour Marcus le succès et la prospérité de Simcoe-Nord sont d’une grande importance. Il considère le secteur économique et le domaine de la culture comme des points d’ancrage pour la communauté.

En plus de cumuler beaucoup d’expérience dans l’organisation de campagnes électorales, Marcus a travaillé auprès de plusieurs élus incluant Bruce Stanton, Michael Cooper (député de St-Albert Edmonton), l’honorable Shelly Glover (ancienne ministre du Patrimoine canadien et des langues officielles) et Rod Jackson (ancien député provincial de Barrie).

À Ottawa, il a également travaillé dans le domaine de la promotion agroalimentaire pour le Conseil des viandes du Canada et les Producteurs laitiers du Canada.

Tout récemment, il a occupé le poste de directeur des communications au sein du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario et il est actuellement conseiller en communications stratégiques auprès du procureur général de l’Ontario.

À la question s’il voit son jeune âge comme un défi ou un atout pour se présenter à un tel poste Marcus répond: «Les «milléniaux» représentent un segment de l’électorat important à travers le Canada. Si j’ai la chance de devenir candidat pour le parti conservateur de Simcoe-Nord et si j’étais élu lors de la prochaine élection fédérale, je serais un député qui siègerait à la Chambre des communes. Il est important de bien noter le mot « communes ». Notre gouvernement à Ottawa doit bien représenter les Canadiens de tous les âges.

Après dix ans d’implication en politique, je comprends bien le rôle du député et le bon fonctionnement du gouvernement.

Le rôle de député demande d’être prêt à travailler de nombreuses heures, d’être prêt à se déplacer sur de longues distances et être capable de faire face à des enjeux qui nécessitent une capacité de s’adapter rapidement. Je crois avoir ce qu’il faut pour bien représenter les communautés de notre circonscription».

Bien que Marcus semble déjà être un bourreau de travail il sait profiter de ses passe-temps: Marcus a développé une passion pour l’histoire militaire et il possède une collection d’articles provenant de la Seconde Guerre mondiale. L’une de ses possessions préférées, est un exemplaire du « Toronto Daily Star » imprimé le 8 mai 1945 après la défaite allemande.

Il a aussi une petite collection de livres à propos de l’ancien premier ministre de la Grande-Bretagne Winston Churchill.

Selon Marcus, la fin de la Seconde Guerre mondiale a apporté des changements importants dans le monde au niveau technologique ainsi qu’au niveau de la politique nationale et internationale. C’est une période de l’histoire qui est très intéressante à étudier afin de mieux comprendre le monde actuel dans lequel nous vivons.

Marcus s’intéresse aussi à l’aviation. En 2014, il a complété son certificat de pilotage privé et il a parfois la chance de voir nos communautés d’un angle différent.

Si on laisse le mot de la fin à ce jeune politicien il ajoutera que «Je suis fier d’être franco-ontarien et je suis fier de notre langue et de notre culture. C’est une qualité qui me servira si je suis élu en tant que député».

Si vous désirez en connaître davantage au sujet de Marcus Mattinson vous pouvez visiter son site web au: fr.marcusmattinson.ca

*À noter que pour voter pour le nouveau candidat conservateur au palier fédéral dans Simcoe nord vous devez être membre du parti et avoir 14 ans.

Une transaction immobilière chez l’avocat en français: C’est possible!

Julia Wallace, avocate

Odette Bussière

Les francophones de la région sont souvent à la recherche d’un avocat qui pourrait leur assurer un service en français. Dans le domaine de l’immobilier il est possible de le faire avec Julia Wallace, avocate au sein de la firme «HGR Graham Partners LLP» au bureau de Penetanguishene. Toutes les communications avec Julia se font en français bien que les documents juridiques soient en anglais pour l’instant.

Julia Wallace est originaire de North Saanich en Colombie-Britannique, près de Victoria. Ses parents l’ont inscrite à l’école d’immersion française car pour eux le français était important entre autre parce que sa grand-mère maternelle est originaire de Cap Saint-Ignace une petite localité rurale située près de Montmagny à l’est de la ville de Lévis au Québec. Même s’il n’y avait pas de communauté francophone à North Saanich elle a développé ses habiletés en français à l’école et a complété son baccalauréat en français à l’université de Victoria.

Au printemps 2006 elle déménage à Ottawa pour un poste de guide au parlement durant la saison estivale et débute ses études en droit en septembre.

C’est donc depuis le 9 juin 2010 que Julia exerce le droit en Ontario. À ses débuts elle a pratiqué le droit de la famille et la protection des enfants. Elle a représenté des clients devant divers tribunaux, y compris la Cour supérieure de justice. Elle a même plaidé en appel devant la Cour divisionnaire. Avec le temps, Julia voulait poursuivre des formes moins litigieuses en droit, elle a donc commencé à pratiquer le doit immobilier. Elle aime beaucoup aider aux clients qui achètent ou vendent des maisons en les appuyant tout au long d’un processus qui pourrait s’avérer stressant pour eux. Elle est à l’écoute des clients afin de répondre à leurs questions ou leurs inquiétudes afin que la transaction immobilière se déroule sans problèmes.

Julia fait remarquer que la pandémie a permis au monde juridique de s’adapter davantage grâce à la technologie et aux méthodes de communication et de signature à distance, qui pourrait faciliter le processus même après la pandémie. Malgré toutes les restrictions ils sont très occupés alors que pour certains milieux tout s’est arrêté du jour au lendemain.

Julia considère que les valeurs importantes dans la profession juridique qu’elle exerce sont les mêmes que dans toutes les autres professions soit la gentillesse, la courtoisie, travailler avec diligence et en équipe afin d’atteindre les objectifs souhaités avec les meilleurs résultats.

Bien que Julia soit originaire d’un superbe endroit elle trouve qu’ici la beauté du paysage est incroyable et considère que la communauté est incomparable par son esprit communautaire qui n’a pas d’égal!

Course Terry Fox!

Michelle Magnan a accompagné son père, Lionel Magnan de Penetanguishene lors de la course Terry Fox le 20 septembre dernier. M. Magnan qui a célébré son 84e anniversaire le 14 septembre, a participé fidèlement aux 40 éditions de la course Terry Fox. Il a parcouru le trajet de 10 km en 1hr 31 minutes à la course. De plus, il a prélevé 1 000$ pour la Fondation Terry Fox. Bravo M. Magnan!

Betty-Ann et Ronald Laurin à l’honneur!

C’est le 22 septembre dernier que Betty-Ann et Ronald Laurin de Lafontaine ont reçu le prix Paul Harris (fondateur du Club Rotary) pour souligner leur engagement au sein de la communauté.

On fête le 45e anniversaire de notre drapeau!

C’est au parc de Lafontaine, le 25 septembre dernier que La Meute culturelle de Lafontaine avait organisé une célébration pour souligner la fête des Franco-Ontariens.

On aperçoit des membres du conseil d’administration Claire Thibideau, Annique Maheu, Ginette Pelletier, Denise Petitpas, Joëlle Roy (directrice), Michel Paiement et Martin Lalonde.

Du côté de Penetanguishene, c’est La Clé qui a organisé la fête qui avait lieu dans le stationnement du bâtiment le 25 septembre en soirée. Pour se faire DJ Unpier était sur place afin de souligner l’occasion. On retrouve Daniel Laurin, DJ Unpier et Sarah Laurin.

Thunder Beach Acres : l’embryon d’un beau rêve!

Victor Tanti, Isabella et Anne Perrault développent leur destination agro-touristique près de la Baie du Tonnerre. En plus d’un jardin biologique et des animaux, une brochette d’activités s’y grefferont d’ici quelques années.

Joëlle Roy

Nous rêvons tous de concrétiser un rêve qui nous habite. Certains ont du talent pour reconnaître le germe d’un projet quand celui-ci se présente. C’est le préambule de la belle histoire de Thunder Beach Acres conçu et mis en œuvre par Victor Tanti et Anne et Isabella Perrault qui se sont installés sur le chemin Thunder Beach en décembre dernier en y jetant les bases de leur projet de créer une destination agro-touristique avec une palette d’activités complémentaires.

La petite famille habitait Ottawa mais souhaitait s’établir dans un endroit près de l’eau, sur une terre suffisamment grande pour garder des chevaux et cultiver un jardin biologique assez grand pour vendre des produits. Le comté Prince Edward, par exemple, aurait pu répondre à leurs critères quand ils trouvent cette opportunité, à Lafontaine, qui répond à leurs souhaits et bien plus encore. Anne est heureuse de découvrir qu’il y a une communauté francophone.

En tout, la propriété s’étend sur quarante-cinq acres comprenant une maison confortable, un terrain ample pour le jardinage et pour le pâturage des animaux, une grange dont le deuxième étage est un étonnant studio de danse avec miroirs et plancher de bois franc et le rez-de chaussée semble prédestiné à l’opération d’un salon ou plutôt une grange de thé (Victor croit qu’il y a suffisamment de café sur le marché).

Le duo Tanti-Perrault arrive bien équipé de formations pertinentes à l’élaboration de leur rêve. Leur travail tourne autour de la finance. Anne travaille toujours dans sa compagnie professionnelle de consultations financière à Orléans et Victor est conseiller hypothécaire. Leurs affaires s’installent tranquillement dans la région. Ils ont ouvert un bureau à Midland juste avant que la Covid paralyse son activité. Anne étudie présentement en éducation. Victor est qualifié comme nutritionniste holistique. Ils ont tout ce qu’il faut pour gérer une entreprise qui vend des produits et des services dans le domaine de l’agro-tourisme.

Le jardin est au cœur de ce projet. Présentement, on cultive un quart d’acre. L’objectif est d’atteindre trois acres d’ici cinq ans. Il est crucial de ne pas développer plus vite que la capacité d’exploiter les produits avec succès. Anne s’intéresse particulièrement aux fleurs. Le terrain, occupé pour une trentaine d’années par les Abel, est déjà généreux en diverses espèces de plantes. Leurs produits sont vendus au marché à Midland tous les dimanches de 9 heures à 13 heures.

Thunder Beach Acres est un projet familial et Isabella joue déjà un rôle actif dans l’entreprise. Sa passion tourne autour des animaux et un jour, elle sera vétérinaire. Il va de soi que le volet animal de l’entreprise constitue sa priorité et son champ d’intérêt. Elle étudie présentement l’équitation. Son grand-père Perrault, qui opère une ferme laitière à Ottawa, lui a fait cadeau d’une génisse qu’elle a baptisée Cherry Blossom. Ajoutez deux lapins, un chien, un chat pour compléter sa ménagerie.

Les tours de chevaux et toute l’activité équestre sont importants dans ce rêve en déploiement. En plus, Victor a commencé à défricher de beaux sentiers à même la partie boisée de leur propriété. La grange pourra servir à l’activité artistique tel que toute la palette des arts visuels. Son haut vitré pourra tout aussi devenir une salle idéale pour le yoga, la méditation et bien sûr, la danse. Les événements culinaires pourraient avoir lieu au rez-de-chaussée.

Le potentiel de ce projet crève les yeux. Anne, Isabella et Victor devront naviguer astucieusement pour le développer au rythme de leurs possibilités. Ils sont vibrants d’ambition et du désir de transformer ce rêve en une réalité quotidienne. Comme ils sont des planificateurs professionnels, leur mire de cinq ans est fort probablement réalisable. Elle est souhaitable pour eux et pour notre communauté.